La Bête d’Auxi suspectée d’avoir dévoré le cadavre d’un veau à Séricourt

« Je suis rentré vers une heure et demie du matin et j’ai entendu une vache gueuler, gueuler, j’ai trouvé ça bizarre », rapporte un habitant de Sibiville qui a rapidement fait le lien avec la macabre découverte qu’un éleveur a faite le lendemain : un veau mort dont le cadavre semblait avoir été dévoré. Le témoignage du Sibivillois évoque la nuit du 15 au 16 octobre, soit deux jours après l’annonce de la présence d’un « grand félin » rôdant dans le secteur d’Auxi-le-Château. Le pré où paissaient les vaches se situe à cheval sur les territoires de Séricourt et Sibiville, le long de la voie verte. Or, ce corridor biologique rejoint Auxi-le-Château et la Bête l’empruntait alors régulièrement : des empreintes avaient d’ailleurs été relevées sur ce sentier à Ligny-sur-Canche. Les gendarmes ont débarqué en nombre dans le village et ont invité des fermes environnantes à rentrer leur bétail la nuit. Néanmoins, il ne s’agirait pas d’une attaque de troupeau mais plutôt d’une « proie d’opportunité » selon les autorités : le veau serait mort-né suite à une fausse couche et le fœtus aurait donc fait office de repas à un animal passant opportunément par là. L’éleveur reste aussi très prudent, en attendant les résultats des relevés ADN effectués sur la dépouille : « Des veaux qui meurent suite à un vêlage avant terme, ça arrive. Celui-ci aurait été mangé en partie, mais on ne sait pas ce que c’est exactement, je n’ai pas eu de retour de la gendarmerie pour l’instant. » Les résultats des analyses pourraient tomber en fin de semaine ou en début de semaine prochaine.

« Les recherches pour identifier l’animal et le capturer se poursuivent, dans le même secteur. »

Service communication de la préfecture du Pas-de-Calais

Les autorités préfectorales sont beaucoup plus prudentes, mettant même en doute que le veau aurait servi de repas : « Au vu de l’état du cadavre trouvé, il ne peut être établi les circonstances de sa mort, ni, avec certitude, s’il est en décomposition avancée ou s’il a été dévoré. » La nouvelle a rapidement circulé dans le milieu agricole, plusieurs personnes ayant vu des photos de la dépouille coupée en deux – « même au niveau de la colonne vertébrale » – sont persuadées qu’un animal s’est délecté du cadavre. Reste à établir s’il s’agit de « la Bête d’Auxi » ou d’une autre. La préfecture du Pas-de-Calais se contente de parler d’un « animal recherché » (sans préciser d’ailleurs s’il s’agit d’un animal non-humain). D’autres autorités évoquent désormais plutôt « un fauve » qu’un félin, alors que les équipes de recherche semblaient convaincues qu’il s’agissait d’un puma voici une semaine. Certains suggèrent même qu’un blaireau aurait pu dévorer le veau. Pour l’instant, le mystère reste entier, il s’épaissit même : quinze jours après son signalement, la « Bête d’Auxi » rôde toujours dans le secteur, comme le confirme la préfecture : « les recherches pour identifier l’animal et le capturer se poursuivent, dans le même secteur. »

Soutenez-nous!
Le Gobelin du Ternois est gratuit et le restera grâce à vous!
Soutenez Le Gobelin du Ternois sur Tipeee

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *