Balais et vif d’or, avis aux jeteurs de sorts : l’équipe de quidditch du Ternois recrute


Publicités


La saga Harry Potter a donné naissance, en 2005, à une version moldue (une version destinée aux non-sorciers) du Quidditch : le quidditch moldu. Cette nouvelle pratique en fait rire plus d’un. Les joueurs doivent en effet jouer… avec un balai entre les jambes ! Mais à défaut de pouvoir voler dans les airs, il faut savoir courir vite et longtemps, car le quidditich est un vrai sport. Il dispose d’une fédération (la Fédération du Quidditch français) depuis juin 2013 et repose sur un savant mélange entre rugby, handball et balle au prisonnier. C’est un sport de contact mixte (chaque équipe doit avoir au moins deux représentants de chaque genre : hommes, femmes et personnes non-binaires) qui consiste à se faire affronter deux équipes de sept membres chacune : deux batteurs, trois poursuiveurs, un gardien et un attrapeur. Quatre balles sont mises en jeu : trois cognards pour éliminer temporairement les adversaires, et un souafle pour marquer dans les trois buts situés de chaque côté du terrain. L’attrapeur est chargé d’attraper le vif d’or, l’élément le plus malicieux du jeu et sur qui repose la fin de la partie. Tant qu’il n’est pas attrapé, le jeu continue.

Le quidditch : un vrai sport avec sa fédération, son équipe de France et sa coupe du monde

Il existe aujourd’hui plusieurs équipes officielles françaises que l’on peut voir s’affronter au moment de la Coupe de France, ainsi qu’une équipe nationale chargée de représenter le pays lors de la Coupe d’Europe et de la Coupe du monde. Cette dernière est organisée tous les deux ans depuis 2012 et a déjà vu la France se qualifier pour la finale. Cette année, ce sont les États-Unis (vainqueurs) qui ont affronté la Belgique.
Ce sport n’est pas bien vieux, mais l’engouement qu’il provoque ne fait que grossir. On trouve, sur Internet, les pages Facebook de différentes équipes, les sites dédiés à la Fédération et aux différentes coupes, des fournisseurs de matériel pour la pratique (buts, balais, balles, bandeaux, maillots…) et même des guides pour aider à former son équipe.

Une équipe dans le Ternois

À présent, imaginez un peu le Ternois qui forme son équipe : les « Snallygasters du Ternois », des bêtes à la peau blindée dotées de crocs pour lacérer ses proies ; ou bien les « Doxy du Ternois », des créatures venimeuses dotées d’une paire supplémentaires de bras et de jambes pour jouer plus efficacement que son adversaire. Et pourquoi pas les « Sombrals du Ternois », ces chevaux invisibles, aux ailes squelettiques et rapides ? Le nom de l’équipe reste à définir, mais celle-ci est bel et bien en train de se former. Un petit groupe de mordus de moldus a déjà quelques idées derrière la tête, s’est penché sur le matériel, approché un coach et identifié des lieux d’entraînement potentiels. Il ne manque plus que des volontaires, curieux et désireux de s’amuser tout en pratiquant un sport pas banal, pour compléter l’équipe ; des malchanceux qui n’ont pas reçu de lettre pour aller à l’école de Beauxbâtons ou de Poudlard, mais qui sont déterminés à courir avec un balai et à montrer au monde entier que le Ternois a quelque chose de magique.

Contact : amelie.audefroywallet@gmail.com

Rendez-vous sur la page Facebook de votre future équipe de quidditch

Découvrez la Fédération du Quidditch français

Revenir en haut de page