Arrivée en grande pompe pour les coureurs du Bernay-Roubaix chez Tartous & Cie

L’arrivée de la deuxième étape de la Bernay-Roubaix était fixée chez Tartous & Cie, à Monchy-Breton, pour jeudi 19 heures. Mais à l’heure dite, Radio Tartous, en liaison avec la voiture-balai, annonce un retard de deux heures. « Ce ne sont pas des cyclistes aguerris, ils ne font pas cela toute l’année », sourit Fabienne Boëte. La patronne de Tartous & Cie a préparé une arrivée en grande pompe : bouquet de fleurs, coupe et le maillot jaune du bistrot pour le vainqueur d’étape. Ce sera « Louisan Bourbet », accompagné de « Freddy Merckx », qui atteindront à la nuit tombée le carrefour Marie-Grauëtte, juste après Barnjedidic dans la voiture-balai. « Mais où sont les autres ? Ils étaient loin devant nous », s’étonnent les deux coureurs, soulagés d’avoir terminé les 157 kilomètres de l’étape du jour entre Rouen et Monchy-Breton.

Coupe, maillot jaune, fleurs et clapping pour les cyclistes

Après trois crevaisons, le duo pensait avoir été largué par « Lance DJ Strong » et « Raymond Pouledorh ». Petite inquiétude alors que les deux coureurs ne répondent plus au téléphone. Finalement, Raymond Pouledorh arrive quelques minutes plus tard : « Où est le dernier ? On s’est perdus, il est parti devant alors j’ai mis mon GPS. » Lance DJ Strong apparaît quelques minutes plus tard, alors que son GPS annonce : « Vous êtes arrivé à destination. » Toute l’équipe se réunit dans le bar autour d’une bière fraîche – qui ne sera ni la première ni la dernière du jour – et l’équipe de Tartous lance un clapping en leur honneur en criant : « Monchy ! ». De quoi faire oublier la fatigue aux quatre coureurs normands, partis la veille de Bernay en Normandie pour rejoindre Roubaix. « C’est un délire entre nous, on voulait se faire un truc entre copains », indique Louisan Bourbet, le plus sportif de l’équipe puisqu’il participe à des triathlons et ironman. En revanche, Freddy Merckx réalise un petit exploit : « J’ai commencé le vélo après le carnaval. On a eu de sacrées côtes, on a pris des chemins de terre, de cailloux. »

Une cagnotte pour envoyer les petites reines de Kaboul au Jeux Olympiques de Tokyo

Au-delà du délire entre potes, le défi vise à récolter des fonds et à faire connaître « Les petites reines de Kaboul », trois cyclistes afghanes réfugiées en France qui souhaitent participer aux Jeux Olympiques de Tokyo 2020. Pour cela, l’équipe du Bernay-Roubaix a mis en place une cagnotte avec l’association le Car Podium qui tient l’auberge Paris-Roubaix tout au long du week-end. Une douche, un repas et une joyeuse soirée avec l’équipe de Tartous & Cie – terminée à plus de deux heures du matin – et les quatre cyclistes et leur soutien logistique, Cédric « Barnjedidic » Laigle de Troisvaux, peuvent s’accorder quelques heures de sommeil. Vendredi matin, après un petit-déjeuner sous le soleil de Monchy-Breton – et une nouvelle crevaison – l’équipe reprend la route pour rejoindre le vélodrome de Roubaix et retrouver le Car Podium et les petites reines de Kaboul.

Suivez leur aventure sur Facebook.

La cagnotte pour les petites reines de Kaboul.

#InfosLocales

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page