Après une longue restauration, le donjon de Bours écrit une nouvelle page de son histoire

« C’est vraiment le joyau du patrimoine du Ternois », s’émerveille Matthieu Arold. Sur le chemin encerclant le donjon de Bours, le responsable du pôle culture, loisirs, numérique et communication de TernoisCom ne se lasse pas d’admirer le prestigieux édifice qui s’apprête à accueillir des visiteurs, après des années de fermeture et de travaux. Une grandiose journée de fête se prépare pour l’inauguration du donjon de Bours version XXIe siècle. En mars 2014, la mairie, qui s’était installée dans la tour, déménageait au presbytère, prélude des premières opérations d’une longue restauration : « Pendant longtemps, nous étions incapable d’annoncer une date de fin des travaux. Ce genre de chantier est très compliqué, on ne peut même pas bouger une poutre. Maintenant, il ne nous reste que quelques finitions et la visite de sécurité », annonçait la semaine dernière Marc Bridoux, président de TernoisCom. La communauté de communes a repris le dossier de restauration en 2017. Le donjon est toujours propriété de la mairie de Bours, mais il sera désormais réservé au tourisme : « Le grand regret des habitants, c’est que nous ne puissions plus célébrer les mariages dans le donjon. Une fois, j’ai eu la mauvaise idée d’allumer le feu dans la cheminée : toute l’assemblée s’est mise à pleurer à cause de la fumée », se souvient Bernadette Noé.

« Six tourelles, au lieu de quatre habituellement, dans le but de montrer sa puissance »

La maire de Bours conserve de précieux souvenirs de la vie contemporaine du donjon, acteur incontournable de la vie communale : « Des familles du village y ont vécu jusque dans les années cinquante. La mère de ma belle-sœur y vivait, mais seulement dans les plus bas étages : dans les tourelles, il faisait parfois tellement froid et humide que des glaçons pendaient aux fenêtres. » En revanche, sur l’histoire ancienne du donjon, personne ne rivalise de connaissances avec Christelle Denis. Recrutée en 2011 pour travailler sur la restauration de l’édifice, elle a compilé sept cents années d’histoire, au point de connaître sur le bout des doigts les dynasties seigneuriales successives avec leurs dates et leurs noms d’antan, les spécificités architecturales et techniques du donjon, ainsi que toute la vie qui gravitait autour. « C’est une architecture unique, réalisée en gré, qui présente la particularité d’avoir six tourelles, au lieu de quatre habituellement, dans le but de montrer sa puissance », explique la chargée de mission pour le projet de restauration. Elle a exhumé l’histoire du donjon au fil des travaux et des fouilles, depuis les origines jusqu’aux plus récentes découvertes. Le résultat de ses travaux sera présentée lors des visites guidées, ainsi que dans la « maison du donjon » : une ancienne maison de notable, devenue grange et finalement transformée en espace d’accueil, de boutique, d’exposition et d’atelier.

Un aménagement intérieur épuré pour accueillir le public

Le départ des visites guidées se fera d’ailleurs de la maison du donjon, pour découvrir la cave tout d’abord, puis emprunter le chemin de ronde dominant les douves et accéder à la passerelle, pour enfin entrer dans le donjon. La première partie est aménagée pour les personnes à mobilité réduite, mais une fois dans la pièce principale, impossible d’aller plus loin en fauteuil : les escaliers et passages étroits sont même parfois difficilement praticables en pleine validité. Si le donjon est imposant de l’extérieur – surtout depuis qu’il a gagné quelques mètres avec la mise à nu des fondations – son intérieur est plutôt exigu, avec de petites pièces, notamment dans les multiples tourelles. De ce fait, une visite ne pourra accueillir plus de dix-huit personnes à la fois. L’aménagement intérieur a été pensé pour être des plus épurés : peu, voire pas de meubles ou d’objets d’époque, mais plutôt des illustrations de la vie du seigneur. La rénovation a surtout permis d’assurer la conservation de l’architecture de l’édifice qui, si on sait la lire, permet aussi de comprendre l’histoire : « Les visiteurs pourront découvrir la vie du seigneur de Bours, du donjon et du village. A la maison du donjon, nous pourrons proposer des ateliers personnalisés selon les publics, avec une découverte en trois dimensions du site », souligne Christelle Denis. Entre mémoire et modernité, cette nouvelle page de l’histoire du donjon de Bours le fait entrer dans le XXIe siècle. Un projet d’un peu plus de deux millions d’euros, subventionnés à hauteur de 1,4 millions d’euros. Ainsi, TernoisCom n’aura dépensé que l’équivalent de cent mille euros par tourelle pour offrir à ce trésor du patrimoine local un écrin, un éclat et une vie nouvelle.

Programme des festivités prévues pour l’inauguration du samedi 15 juin :
-14h30 à 20h30 : animations, rencontres et ateliers : remontez le temps, découvrez la vie quotidienne du sire de Bours autour de la maison forte.

– 15h15 à 17h30 : visites flash gratuites. Découvrez les nouveaux équipements de l’espace historique (durée 35 minutes), départs à 15h15, 16h, 16h45 et 17h30 (limité à 36 personnes par visite, réservation obligatoire au 03.21.47.95.59.

– 19h30 à 20h30 : danses médiévales organisées en partenariat avec les associations locales et le boursicotiers.

– 20h30 à 22h30 : du médiéval vers le contemporain… VerSant, Cirque en paysage par la compagnie Underclouds.

– 22h45 à 23h15 : découvrez la maison forte haute en couleur ! Video mapping diffusé sur l’une des façades du Donjon dans le cadre du Vidéo Mapping #2

– Jusqu’à 23h45 la fête continue avec un « DJ-set » offert par le Kes West.

Soutenez-nous!
Le Gobelin du Ternois est gratuit et le restera grâce à vous!
Soutenez Le Gobelin du Ternois sur Tipeee