[-16 ans] Comment j’ai usurpé le Père Noël.


Publicités

Tournée terminée. La porte de la dernière maison se referme et le Père Noël peut enfin respirer sous sa vraie barbe. C’est intenable là-dessous, les poils se faufilent dans la bouche et les naseaux, le potiche menace de dévoiler l’escroquerie à tout instant, sans parler du coussin bedonnant qui glisse et chauffe en permanence. Une sacrée imposture, pourtant tout a fonctionné. D’abord, avec Augustine. Je n’ai jamais vu une gamine aussi heureuse en dix ans de carrière. Pas tant parce que le Père Noël était là, mais parce qu’il lui avait apporté la maison des Zhu Zhu Pets, des hamsters en peluche tellement trop mignons. Rien ne pouvait lui faire plus plaisir. La petite était réputée terrorisée par le Père Noël, finalement tout s’est bien passé. A part l’âne enguirlandé qui s’est soulagé dans l’allée, comme dans le hangar des hôtes suivants. Le valeureux Urgo aura tracté le Père Noël dans les rues de Gauchin sans broncher. Quelques carottes le récompenseront tout au long de la soirée, mais jamais à sa juste valeur.

Facebook live avec le Père Noël

Coline et Victorien sont les deux prochains. « Moi aussi, j’ai un déguisement : de Gargamel ! », me lance Victorien, qui prendra ensuite sa voiturette pour la garer dans les jambes du Père Noël. Première coupette avalée sous la barbe, il faut vraiment que je prévois une paille pour l’an prochain. Le lutin Catherine, frangine de Santa, guide Urgo vers la dernière étape, derrière la voie ferrée. Une année, un sabot de l’âne s’était bloqué entre les rails. Au moins, on ne risque pas de rencontrer un train désormais. Nouvelle distribution, pour quatre enfants cette fois. Le petit Bastien a bien grandi et n’est plus aussi dupe : il faudra de meilleurs arguments que la venue du Père Noël pour garantir sa sagesse. Qu’importe, il accumulera les cadeaux, tout comme Solène et Flora, qui ne cessera de s’émerveiller en déballant ses accessoires de princesse. Un sous-main de bureau de la Reine des Neiges promet d’excellents devoirs. Après quelques dizaines de photos avec tous les convives, le Père Noël repart avec ses lutins. Petite pause chez Sabine, où la famille est réunie, équipée de bonnets et même de lunettes de Noël. Tout le monde est majeur, le Père Noël tombe la barbe. Retour à la maison, Urgo retire ses guirlandes et la famille se retrouve en petit comité. Surprise, Sly, mon copain de toujours, me demande de faire un direct en Père Noël pour ses filles: Facebook live avec Coline et Charline pour chanter Noël.

Les lutins ont oublié d’indiquer les noms sur des cadeaux

La tournée n’est pas terminée. Il reste le boss de fin. Sur les hauteurs de Saint-Pol attend un garage saturé de cadeaux. Dix-huit gâtés, de huit mois à quatre-vingts ans. Des dizaines de paquets, un, deux bisous à chaque remise, des centaines de photos. Après plus d’une heure de distribution, il ne reste que les cadeaux sur lesquels les lutins ont oublié d’indiquer les noms. Finalement, les adultes auront été encore plus gâtés que les enfants, indépendamment de leur sagesse. Une dernière photo avec tous les gosses, entre Ambroise qui chiale et Julien qui s’apprête à fêter sa majorité, et le Père Noël s’éclipse. Petit débrief en coulisse, les remerciements et les « Joyeux Noël » fusent. En salle, les enfants découvrent leurs cadeaux sur un sol jonché d’emballages. La porte du garage s’ouvre, le Père Noël s’en va. A l’année prochaine.

Soutenez-nous!
Le Gobelin du Ternois est gratuit et le restera grâce à vous!
Soutenez Le Gobelin du Ternois sur Tipeee